De quoi s'agit-il ?

Dans ma boîte, on accède à des serveurs distants depuis nos machines sous Windows grâce à PuTTY et au protocole SSH. J'ai voulu faire la même chose avec mon Falcon. FreeMiNT est installé dessus, c'est un système d'exploitation qui apporte une couche compatible POSIX par-dessus le système d'exploitation natif. En gros, c'est une sorte d'Unix qui tourne au-dessus du TOS.

Ici, pas question de connexion par port série ou parallèle, je parlerai d'une connexion réseau TCP/IP tout ce qu'il y a de plus classique. L'idée est d'accéder à un Atari à travers un réseau sécurisé. Le protocole SSH est disponible sous FreeMiNT, ça tombe bien. C'est parti !

Les pré-requis

SSH n'étant pas un petit logiciels anodin, il faut un Atari boosté aux hormones, doté au moins d'un processeur 68020. De plus, le protocole et les logiciels utilisés sont compilés pour les processeurs 68020 à 68060. Mon Falcon doté de son 68060 à 66 MHz est largement suffisant. Ensuite, il faut un autre ordinateur, un bête PC (pléonasme) sous Windows suffira amplement.

Sur le Falcon, j'utilise la distribution SpareMiNT car elle gère facilement les paquetages au format RPM. Par défaut, il n'y a que le compte root, je vais donc créer un utilisateur "strider" pour la connexion à distance. Une fois SSH installé, je le démarre avec la formule magique qui va bien :

/etc/init.d/sshd start

Connexion

J'ajoute le Falcon dans le paramétrage de PuTTY et c'est parti !

01_putty.gif

Pendant un moment, rien ne se passe. Lorsque je jette un coup d'oeil sur l'écran du Falcon, je vois que sshd occupe le 68060 à 99%, et ceci pendant une trentaine de secondes. Enfin, ça y est, la connexion est effectuée.

02_connexion.gif

Ca n'a pas l'air impressionnant à première vue, mais pour une machine qui date 1992 c'était loin d'être gagné d'avance. Une fois connecté, la brève page d'accueil apparaît :

03_profile.gif

Je me suis amusé à modifier le script qui démarre juste après bash (/etc/profile) afin de rappeler quelques commandes essentielles. Hé oui, je n'utilise pas mon Falcon tous les jours, un petit aide-mémoire est toujours le bienvenu. Les commandes "connect", "deconnect" et "check" sont de petits scripts situés dans /usr/local/bin.

Quelques exemples d'utilisation à distance du Falcon

Tout ça c'est bien beau, mais il doit bien être possible de lancer quelques programmes sur le Falcon ? Oui, et ça marche à la fois pour les applis issues des mondes Unix (MiNT) et TOS. Un petit coup de "top" pour voir ce qui tourne sur l'Atari :

04_top.gif

Le nombre de processus est ridiculement petit par rapport à mon autre PC sous Linux Mandriva. Les processus 1 à 10 appartiennent au TOS, les autres sont fournis par MiNT. Il y a plusieurs instances de bash et de top, sshd et même Apache (httpd).

Par curiosité je me place sur la racine du système de fichiers, sans surprise j'accède à tous les lecteurs. C'est la même chose que le lecteur unifié U: côté Atari. Chiche, je lance une appli GEM ? Au hasard, Two-in-one (un gestionnaire d'archivage).

05_filesystem_et_twoinone.gif

Evidemment, je ne vois rien sur la console, mais le programme se lance bien sur le Falcon puisque je vois son interface GEM. Comme je ne l'ai pas lancé en tâche de fond, un CTRL-C le tue et ferme sa fenêtre sur le Falcon. Je recommence et je le lance même 4 fois de suite :

06_root_et_twoinone.gif

Côté Falcon, je vois bien les 4 instances de Two-in-one dans la barre des tâches. J'en profite ensuite pour visiter les répertoires spécifiques de FreeMiNT et je tombe sur une curiosité qui contient plein de choses intéressantes : /kern.

07_contenu_de_kern.gif

Ca permet d'avoir pas mal d'infos sur le système. Par exemple, on peut voir que FreeMiNT avec les serveurs SSH et Apache consomme 18 Mo de RAM.

A propos d'Apache, le serveur passe pratiquement inaperçu tant il consomme peu de ressources. Il faut dire qu'on ne peut avoir que des pages HTML statiques. Pas de PHP par exemple, y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes :-)

Côté client, j'arrive bien entendu à afficher des pages web sans aucun souci :

apache.jpg

Et ensuite ?

Maintenant que j'ai un Falcon accessible sur le net (grâce à DynDns), je vais tenter d'installer d'autres serveurs ou clients. Et, pourquoi pas, les compiler s'ils n'ont pas été portés sous FreeMiNT. Au hasard : des serveurs FTP, des client Bittorrent, gnu screen, etc.